Du football en vue, mais aussi des grincements de dents: le gouvernement allemand a autorisé mercredi la reprise de la Bundesliga à huis clos à partir du 15 mai, malgré les risques sanitaires et les critiques.

La Ligue allemande (DFL), qui a convoqué pour jeudi son assemblée générale, a confirmé mercredi soir à l’agence SID, filiale de l’AFP, que les premiers matches auront lieu le vendredi 15 mai.

“Nous sommes heureux, c’est un signal important et formidable pour la Bundesliga”, s’est réjouit le patron du Bayern Munich Karl-Heinz Rummenigge sur Sky: “Il est important que la saison se décide sur le terrain, et non sur tapis vert” comme en France par exemple, a-t-il insisté, alors que son club est actuellement leader avec 4 points d’avance sur Dortmund, à neuf journées de la fin, et peut viser un 8e titre consécutif.

Son homologue de Dortmund Hans-Joachim Watzke a pour sa part reconnu qu’un arrêt du championnat “n’aurait pas été supportable économiquement pour les clubs”. Même si, “jouer devant des tribunes vides sera un défi énorme, surtout pour une équipe comme le Borussia Dortmund qui tire beaucoup d’énergie de la passion de ses supporters”.

Dortmund devra reprendre à domicile par le derby de la Ruhr contre Schalke, une rencontre qui déchaîne d’ordinaire les passions et la folie des 82.000 supporters du Signal Iduna Park.

“Jouer sans spectateurs n’est pour personne une solution idéale”, a admis le président de la DFL Christian Seifert, “mais dans cette crise qui menace la survie même de certains clubs, c’est la seule solution”.

– 300 millions de droits TV –

Plus de deux mois après l’interruption des compétitions en raison de la pandémie de coronavirus, la Bundesliga sera donc le premier championnat de football majeur à redémarrer, sur la base de mesures sanitaires draconiennes.

La France a tiré un trait sur la fin de saison la semaine dernière et l’Angleterre, l’Espagne et l’Italie espèrent, au mieux, reprendre en juin. D’autres pays ont déjà fixé leur date de reprise, dont le petit championnat des îles Féroé (9 mai), la Serbie (30 mai), la Croatie (6 juin) ou encore la Turquie (12 juin).

En jouant les neuf dernières journées, la Bundesliga (D1 et D2) va récupérer 300 millions d’euros de droits TV. De quoi donner un peu d’air à un secteur sinistré, qui emploie en Allemagne 56.000 personnes.

Pour obtenir le feu vert du gouvernement, la Ligue a présenté un protocole médical très complet, fondé sur la multiplication des tests de détection du coronavirus et sur d’innombrables mesures de protection. Les équipes devront notamment s’isoler une semaine avant le premier match.

– “Pervers” –

Le danger, s’il paraît statistiquement faible, n’est toutefois pas écarté. Le Dr Wilhelm Bloch, de l’Ecole supérieur du sport de Cologne, a mis en garde mercredi contre les conséquences graves que peut avoir une infection pulmonaire chez les sportifs professionnels: “Un sportif doit prendre en compte le fait qu’une infection peut signifier la fin de sa carrière”, prévient-il.

Le gardien et capitaine du Bayern Manuel Neuer est conscient que ce retour au jeu est “une énorme responsabilité” pour les joueurs. “Les gens vont nous regarder depuis d’autres pays européens, en fait de partout dans le monde”, a déclaré le champion du monde 2014 avec l’Allemagne au quotidien de Francfort FAZ.

Lundi, la Ligue allemande de football a annoncé que dix personnes sur 1.724 testées dans les clubs de première et deuxième divisions étaient positives. Le pari de reprendre le foot ne sera gagné que si ce chiffre reste très bas, et qu’aucun club n’est contraint de déclarer forfait à cause d’un trop grand nombre d’infections.

AFP/Archives / Christof STACHELes joueurs du Bayern à l’entraînement, à Munich, le 5 mai 2020

Ce retour du football est loin de faire l’unanimité dans le pays. “L’Etat brade la santé de la population et des gens malades au football, c’est pervers”, s’est emporté le champion du monde 2017 du javelot Johannes Vetter, dans une interview à un journal régional.

L’ancienne championne du monde du poids Christina Schwanitz estime que le football bénéficie de passe-droits inacceptables: “Je ne trouve pas ça bien que le football ait cette position particulière et s’assoie sur tout le reste, juste parce qu’il génère beaucoup d’argent”.

Dans le monde politique, la critique est venue du parti écologiste Les Verts: “On peut comprendre la volonté de revenir à la normalité”, peut-on lire dans un communiqué. “Mais il n’est en revanche pas compréhensible que le football obtienne ces privilèges. Alors que des groupes très exposés comme par exemple les soignants en maison de retraite ne sont pas encore suffisamment testés pour le Covid-19, on va justement le faire sur les footballeurs.”

L’origine du nouveau coronavirus reste à ce stade incertaine, mais elle est pourtant essentielle pour comprendre comment le virus a “envahi l’espèce humaine” en quelques mois, explique une haut responsable de l’OMS dans un entretien à l’AFP.

Fin mars, le président américain Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping avaient conclu une trêve informelle dans la guerre des mots entre les deux grandes puissances sur l’origine de la maladie.

Mais la trêve a rapidement volé en éclats.

L’administration Trump, qui accuse les autorités chinoises d’avoir tardé à alerter le monde sur l’épidémie, soupçonne désormais ouvertement la Chine d’avoir caché un accident de laboratoire qui aurait été à l’origine de la pandémie. Ce que dément Pékin.

Sans se prononcer, Sylvie Briand, à la tête de la gestion des risques infectieux à l’Organisation mondiale de la santé juge néanmoins “intéressant de connaître l’origine du virus pour comprendre comment il a évolué”.

“C’est un virus d’origine animale transmis à l’homme. Et donc il faut essayer de comprendre ce qui a fait que l’adaptation de ce virus lui a permis d’envahir l’espèce humaine”, analyse-t-elle devant le siège de l’OMS à Genève.

Les premiers cas de SRAS-CoV-2, virus à l’origine de la maladie Covid-19, ont été signalés fin décembre dans la région de Wuhan en Chine. Depuis, la pandémie a fait près de 300.000 morts.

De l’avis de nombreux chercheurs, le nouveau coronavirus est sans doute né chez la chauve-souris, mais les scientifiques pensent qu’il est passé par une autre espèce avant de se transmettre à l’homme.

– ‘Milliers de prélévements’ –

Retracer l’origine du virus, en trouvant quels ont été ses hôtes intermédiaires, permettrait, selon cette scientifique française, “d’éviter que le phénomène se reproduise et d’éviter des phénomènes ping-pong” de transmission entre l’homme et les animaux.

Car “à chaque fois qu’il y a ces passages d’une espèce à l’autre, le virus peut se modifier un petit peu et ça peut avoir un impact par exemple sur des traitements (…) ou des vaccins qui peuvent ne plus être assez efficaces”, détaille-t-elle.

Pour l’instant, de nombreuses inconnues persistent. Et ce, bien qu’il y ait eu “des milliers et des milliers de prélèvements” faits, notamment sur “beaucoup d’animaux dans le marché de Wuhan” mais aussi sur des chiens à Hong Kong, relève-t-elle, soulignant que ces analyses prennent du temps.

Ces prélèvements sont effectués par les pays, souligne Mme Briand, mais l’OMS les “encourage à partager des informations entre eux” pour accélérer les recherches.

Les Etats-Unis et l’Australie ont eux demandé une enquête internationale sur l’origine du virus. Plus diplomate, l’OMS a appelé Pékin à l'”inviter” pour enquêter sur le sujet.

Peu après, la Chine a proposé début mai la création d’une commission sous l’égide des autorités sanitaires mondiales afin d’évaluer la “réponse mondiale” au Covid-19, et uniquement après la fin de l’épidémie.

Les autorités chinoises ont souligné que la démarche devrait être validée au préalable par l’Assemblée mondiale de la santé de l’OMS ou son conseil exécutif — les deux principaux organes de l’organisation internationale basée à Genève et qui se réunissent la semaine prochaine lors de leur réunion annuelle.

Ces débats devraient aussi porter, selon Mme Briand, sur la nécessité “d’affiner” le système d’alerte sanitaire de l’OMS, qui permet uniquement de déclarer s’il y a une urgence sanitaire internationale ou pas alors que le précédent procédé était en six phases, la dernière étant la pandémie.

“Il faut qu’on arrive à trouver un système qui permette de lancer des alertes pour que les gens se préparent, mais en même temps leur dire si c’est imminent ou si ça va arriver dans quelques semaines ou dans quelques mois et leur dire mieux à quoi ils doivent se préparer”, assure-t-elle.

A travers Rutshelle Guillaume, Haïti apporte son support dans le combat contre le Covid-19 en Afrique.

La chanteuse haïtienne Rutshelle Guillaume, a annoncé su sur les réseaux sociaux, avoir rejoint le Worldwide Afro Network (WAN), pour un grand événement prévu le 25 mai, dans le cadre de la célébration de la Journée internationale de l’Afrique.

Le show mis en place par la société civile africaine et sa diaspora autour du thème “Nouvelle Afrique, ensemble unie, ensemble nous sommes”, aura pour but de réunir les forces d’acteurs africains dans la lutte contre la crise sanitaire et sociale provoqué par la pandémie du Covid-19.

https://t.co/ZNm7plW1L1

Rutshelle author composer and Haitian interpreter joins the team of #WanShow2020
~~~
Rutshelle Guillaume auteure compositrice et interprète haïtienne rejoint l’équipe du #WanShow2020#TOGETHERASONE #TOGETHERISWAN #IAmWan #JeSuisWan pic.twitter.com/6mRQQFrO0y

 

 

Une pléiade d’artistes africain.e.s et de sa diaspora sont attendus à cette grande célébration qui se fera en ligne.

Pour Rutshelle Guillaume, c’est un honneur d’avoir été sollicitée pour un tel événement, nous a fait savoir son équipe de management. L’interprète de “Rete la”, qui s’investit dans la sensibilisation contre le Covid-19, considère cette occasion comme une opportunité pour affirmer sa solidarité avec les Africains dans leur lutte contre le Covid-19.

“Le WAN réunit des artistes de l’Afrique donc quand on a fait appel à elle, Rutshelle a vite accepté”, nous explique notre contact.

La diva est d’autant plus motivée par le fait que les fonds qui vont être collectés durant cet événement seront destinés à aider les victimes du coronavirus et à la lutte contre cette maladie, relate dans la foulée le staff de la chanteuse.

Rappelons que Rutshelle était aussi attendue à la 7ème édition du Festival Afropolitain Nomade au Rwanda cette année. Mais à cause de la pandémie de Covid-19, le festival a été annulé.

Les deux mois de confinement que vient de vivre la population française représentent “une opportunité pour réduire massivement la transmission du VIH”, estiment plusieurs associations, qui proposent “une grande campagne de dépistage” avant de reprendre une activité sexuelle plus intense.

Baptisée “Teste-toi avant le sexe”, cette campagne d’Aides, Paris sans sida et le Corevih Arc Alpin, propose “l’envoi d’autotests gratuits à domicile sur simple demande”, “en priorité aux populations clés les plus exposées” au risque d’infection.

“Peu – ou pas – de relations sexuelles pendant deux mois, cela signifie peu ou pas d’exposition récente au VIH et aux IST (infections sexuellement transmissibles, NDLR). C’est aussi, pour des personnes qui auraient été infectées peu de temps avant le confinement, la certitude qu’elles ont produit suffisamment d’anticorps pendant ces deux mois pour que le résultat positif d’un test rapide du VIH ne laisse aucun doute sur son interprétation”, argumentent-elles dans un communiqué.

Pour ces raisons, le déconfinement entamé lundi représente une “opportunité” exceptionnelle pour “permettre à un maximum de personnes de connaître leur statut sérologique et de traiter une éventuelle infection avant le retour à une vie sexuelle plus active”, ajoutent-elles.

Par dépistage sanguin, Trod (Test rapide d’orientation diagnostique), autotest ou kit d’auto-prélèvement, “en fonction des possibilités dont disposent les différents territoires pour respecter les mesures de sécurité sanitaire en vigueur, chacun-e pourra accéder à une solution adaptée pour se tester et faire le point sur sa santé sexuelle”.

Les structures de dépistage participantes sont recensées sur le site aides.org/TestBeforeSex

Le patron de la Ligue nord-américaine de basket-ball (NBA) Adam Silver se donne deux à quatre semaines pour évaluer la situation de la pandémie de coronavirus avant de décider d’un retour à la compétition, ont rapporté des médias américains spécialisés mercredi.

Selon The Athletic et ESPN, la NBA veut plus de temps pour étudier l’évolution du nombre de cas graves dans le pays et voir comment d’autres organisations sportives gèrent les tests du Covid-19.

Silver et les propriétaires de clubs ont échangé sur le calendrier, lors d’une conférence téléphonique, soit le premier signe, selon ces médias, d’un retour à la compétition après l’arrêt imposé par le coronavirus le 11 mars.

Le format exact qui sera utilisé lors de la reprise de la saison n’a pas encore été décidé. Selon les médias, il est possible que les 30 franchises jouent pour terminer la saison régulière ou encore que les play-offs soient élargis à d’autres équipes au-delà des 16 places habituelles.

La NBA étudie depuis des semaines la possibilité de clore l’exercice 2019-20, à huis clos, en regroupant toutes les équipes dans une même zone confinée, qui pourrait être Las Vegas et/ou Disney World à Orlando.

“La sécurité sera évidemment primordiale! La NBA attendra un mois pour prendre une décision après avoir obtenu plus de tests et de données sur la gravité du virus. Il n’y aura pas d’endroit plus sûr que celui que la NBA aura choisi pour jouer les matches, a réagi l’ailier des Los Angeles Lakers Jared Dudley.

Lunie Joseph a été désignée coordonnatrice générale de radio Zénith. Cette promotion, annoncée sur les ondes ce mardi 12 mai par le PDG de la station, Rony Colin, apporte compliments et satisfaction à celle qui a débuté comme simple reporter au sein de l’institution.

La nouvelle a fait le tour des réseaux sociaux ce mardi. Lunie Joseph, couverte de félicitations sur les réseaux sociaux, a appris l’information alors qu’elle animait une émission aux côtés de ses collaborateurs de la radio, qui a relancé officiellement sa programmation sur les ondes ce mardi, après des semaines d’arrêt.

La nomination de la jeune femme au poste de coordonnatrice générale est « une décision prise dans le but de continuer à valoriser le travail de la jeune journaliste, en attendant un directeur général [pour la station] », a déclaré le maire de la commune de Croix-des-Bouquet, Rony Colin, sur les ondes de la radio ce mardi.

Dans ce nouveau poste, Joseph fait partie désormais du staff administratif de la radio Zénith, dont le poste de directeur général est à ce jour vacant suite au départ de Jean Oreste Morin, l’ancien directeur de la station, qui a rejoint l’équipe de RCH 2000.

« C’est une grande opportunité. Cette nouvelle responsabilité prouve qu’ils placent leur confiance en moi. Et que les femmes peuvent jouer leur rôle », a réagi Joseph, contactée par Loop. Celle qui, jusqu’à peu, était coordonnatrice adjointe de la salle des nouvelles de son média, se montre très reconnaissante.

Elle promet de rester professionnelle comme journaliste et à la hauteur de sa nouvelle fonction de coordonnatrice générale.

« Ce que je suis devenue aujourd’hui, est le fruit d’une construction », a aussi fait savoir la jeune femme, en début de la trentaine. Elle est étudiante en diplomatie et relations internationales et a aussi une formation en Sciences de l’Education.

Avant Radio Zénith, Lunie Joseph avait travaillé comme journaliste présentatrice à Espace FM. Journaliste à la RTZ depuis 7 ans, où elle a commencé comme simple reporter, elle est très connue pour son fougue sur le terrain, particulièrement dans la couverture des manifestations de rue.

Le maire principal de Boston, Marty Walsh, a salué la contribution des Haïtiens dans la lutte contre le coronavirus dans cette ville. Il a livré son message le 3 mai, via une vidéo publiée sur Twitter, dans le cadre de la célébration du Haitian Heritage Month (Mois de l’héritage haïtien).

Dans la bataille contre la pandémie de Covid-19, les Haïtiens de partout se donnent à fonds. Au point d’attirer l’attention des autorités des pays où ils se trouvent. Après le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, c’est au tour du maire de Boston d’adresser des mots de remerciement aux Haïtiens, dans un message vidéo.

« Je veux remercier les membres de la communauté haïtienne qui sont en première ligne dans la crise du coronavirus », a déclaré Marty Walsh, dans cette cette prise de parole pré enregistrée et publiée sur Twitter. Marty Wash a rendu hommage aux infirmières, docteurs, ouvriers dans les restaurants, conducteur d’autobus et agents de la sécurité publique haïtiens qui contribuent dans la lutte contre la maladie dans sa ville.

« Ils travaillent ardemment, en vue de nous protéger pendant cette période difficile », reconnait M. Wash, qui intervenait à l’occasion de la célébration du « Haitian Heritage Month – Mois de l’Héritage haïtien ».

Dissolu en 2016, le groupe à succès CARIMI pourrait bien un jour se réunir sur scène pour le plaisir de ses fans. Carlo vieux, membre fondateur de l’ancienne formation musicale, n’écarte pas cette possibilité “après le confinement”.

Intervenant dans l’une des émissions en direct de l’animateur Carel Pedre, le chanteur et keybordiste du groupe CARIMI, Carlo vieux, se dit prêt et “ouvert” à l’idée d’un concert avec son ancienne famille musicale. « Je suis ouvert pour un concert de Carimi » a-t-il dit en direct sur Instagram. « Je ne vais pas mentir. […] Je ne laisserai pas mon orgueil faire souffrir les fans qui souhaitent voir Carimi » a ajouté le musicien.

Carlo Vieux, Richard Cave et Michael Guirand sont les trois principaux chanteurs et fondateurs de CARIMI, qui portait leur nom: « Ca » pour Carlo, « Ri » pour Richard et « Mi » pour Michael. Le trio avait mené le groupe au sommet de sa gloire au début des années 2000 avec des hits qui ont marqué la communauté haïtienne comme celle des Antilles. Des morceaux comme Mamacita, Sansib a la gachèt, Are you ready, Se la m prale, I wanna be… restent à ce jour des hits caribéens.

Mais les trois compagnons avaient du faire route à part depuis la dissolution du groupe en 2016. Michael Guirand ap « Vibe » alors que Richard Cave a formé son groupe Kaï. Carlo Vieux, lui, n’appartient officiellement à aucune formation musicale.

Depuis ce divorce, de nombreux fans croisent leurs doigts et nourrissent l’espoir d’une éventuelle réunion de ces musiciens ne serait-ce que pour un concert. Et Carlo Vieux n’est pas contre l’idée. Cela va-t-il se produire? Quand exactement? Peut-être après le confinement. Ou pas. Pour repérer Carlo Vieux: “Ça arrivera quand ça devra arriver”.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Carel Pedre (@carelpedre) on