La galère des petites et moyennes entreprises en Haïti

cover-r4x3w1000-5d982e9473801-b02a1afd0114e356d5582a8cb717e1ae911061c1-jpg.jpg

Par Jabin PONTUS

Distinguées comme moteur de notre économie, les petites et moyennes entreprises(PME) font face à de très grandes difficultés qui impactent négativement leurs croissances. Pour Haïti, un pays qui cumule un taux de pauvreté exponentiel, les PME représentent environ 75 % des entreprises. Ce secteur est dominé par l’entreprenariat populaire connu comme le marché informel. Les PME sont souvent définies sur une base quantitative limitée de salariés et de revenu. Elles sont dites des entreprises à revenu limité contenant 5 à 19 salariés pour la notion petite et 20 à 99 pour la moyenne. Malgré cette forte densité des PME dans le pays, la pauvreté reste à l’apogée avec un taux de 58.9 % et un taux d’extrême pauvreté de 23.8 % pour une population assez jeune. Plus de 6 million d’âmes de la population ne peuvent pas répondre à leurs besoins essentiels. Le panorama de cette pauvreté reflète directement la situation économique du pays. Cette situation économique actuelle résulte de la mauvaise répartition des ressources qui symbolise l’application d’une politique publique boiteuse.  L’activité économique demeure plus active au sein des PME qui génèrent beaucoup plus d’emplois dans la société civile. Elles sont une source d’innovation qui contribue fortement au développement. La concurrence qui règne au sein de ces PME facilite l’élargissement de la sphère économique. L’entrepreneur voit toujours l’opportunité là où le désespoir bat son plein à cause de l’insatisfaction des besoins. Portant une ou des solutions à diverses attentes de la société, pourtant  invisible (s) aux yeux de l’Etat insouciant au bien-être de sa population. La Banque mondiale estime les PME à plus de 90 %  l’ensemble des entreprises dans le monde et emploient près de 60 % de la main d’œuvre du secteur privé. Ce qui justifie une contribution de 50 % à la valeur ajoutée brute (VAB) mondiale.  L’importance sociale et économique des PME dans le pays est d’autant plus considérable pour une prise en charge étatique favorisant leurs épanouissements.

Les contraintes s’enchaînent

Les contraintes qui se dressent face aux PME sont multiples et se résument par l’application d’une mauvaise politique publique d’incitation entrepreneuriale. Tout acteur contribuant au développement socioéconomique devrait avoir une considération particulière, un accompagnement de la part de l’Etat. Malheureusement dans le cas de notre pays, les PME n’ont pas accès aux crédits. Pour augmenter leurs capacités de production, elles nécessitent un support financier émanant des sociétés financières. Ces sociétés financières privées sont la propriété d’hommes d’affaires qui contrôlent aussi le marché. Pour éviter toute forme de concurrence ils n’accordent pas de crédit. Le boycottage devient une routine dans l’existence sociale, ce qui accélère la décadence de ces entités. L’enchainement continu pour se heurter à l’instabilité politique qui engendre l’insécurité. Le banditisme, les actes de vandalisme impactent négativement sur l’investissement. Ce climat fait suite aux exigences des chefs de quartier qui rançonnent les entrepreneurs. Pas d’assurance pour ces petites et moyennes entreprises, ce qui complique la régénération de ces acteurs de développement et limite la durée de leur vie.

Ajustement des responsabilités

L’existence des PME en partie doit être assurée par l’Etat qui est censé organiser une meilleure condition sociale pour les citoyens. Le support économique que confère ce secteur doit être appuyé pour réduire cette pauvreté chronique. Maintenir un climat de sécurité sociale et monétaire dans le pays pour faciliter l’émergence et l’accompagnement des PME sans boycottage. La formation technique des acteurs est primordiale pour une meilleure gestion. Avec l’encadrement nécessaire, l’accessibilité aux services et aux biens seraient une garantie. Accroitre leurs moyens de production c’est entamé le chemin du développement tant attendu.

Les PME dynamisent l’économie du pays sous différents angles, elles contribuent au bien-être social. Avec les différentes contraintes qui s’enchainent, l’image d’un Etat irresponsable, insouciant agrave le sort de chaque citoyen du pays.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

scroll to top